• Alors que tout le monde rentre petit à petit de la plage ou de la campagne, des surprises les attendent pour les prochains mois.

    Non on ne pourra pas consommer plus cette année. La crise financière états-unienne est devenue mondiale et touche tous les secteurs. Tous les prix commencent à diminuer, montrant qu’on va entrer en crise et peut-être connaitre une récession.

    Notre cher gouvernement n’a (presque) pas chômé cet été.
    Une nouvelle taxe sur les mutuelles vont faire augmenter les tarifs de celles-ci. Le RSA va prendre aux pauvres pour donner aux plus pauvres (fin de la Prime Pour l’Emploi et du RMI entre autres). Mais le RSA ne sera donné qu’aux précaires trouvant un travail.

    L’électricité augmente de 1,1%, le gaz de 5%. Pour cause d’augmentation du prix du pétrole. Mais GDF a fait 15% de bénéfices en 2006 (2,3 milliards d’euro), 8% en 2007 et pareil en 2008. En 4 ans, +125% dans les poches de l’ancien monopole gazier. Quand on voit que le tarif pour les entreprises a augmenté d’autant et de 45% pour les particuliers.

    La crise encore, Carla n’a pas vendu assez de CD. 80 000 depuis le 11 juillet. Alors que Naïve, sa maison de disque, comptait sur 700 000 ventes… A côté Mylène Farmer a vendu en 2 semaines 103 000 exemplaires.

    A l’étranger c’est un carnage, la guerre de 5 jours de la Russie contre la Géorgie a illustré le retour de la puissance russe après 10 ans d’humiliation. L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud sont toujours occupées par les troupes russes. A trop voulu vouloir chercher Goliath, David s’est fait écraser. Et ce sont toujours les même qui morflent. La population a perdu ses proches, ses habitations et leur tranquillité.
    Super-Sarko a tenté de remettre de l’ordre mais la Russie ne fera bien sûr qu’à sa tête.
    C’est le retour à l’émergence des puissances et de leurs bras de fer, au sein d’un monde multipolaire.

    Question sociale, c’est “tous fichés”. Au sein même du gouvernement, le dossier EDVIGE crée de l’émoi. N’importe qui ayant un pouvoir économique, syndical, religieux, social ou politique ainsi que les personnes “pouvant atteindre l’ordre public”. C’est les dossiers des RG de 1991 en mieux. Maintenant c’est à partir de 13 ans, à vie, avec les opinions religieuses, la santé, l’orientation sexuelle. N’importe quel policier pourra consulter avec l’autorisation de “sa hiérarchie”.
    Les profs vont se mobiliser, La Poste également pour cause de privatisation. D’un service public, l’entreprise publique veut se développer à l’international, utile quand on veut juste recevoir sa lettre ou son colis. 56% des salariés sont prêts à se mettre en grève pour voir son salaire augmenté.

    Mais sinon bonne rentrée…


    votre commentaire
  • Le Gouvernement veut rétablir l’équilibre de la Sécurité sociale pour 2011.
    Au nom de quoi ? Du fait que c’est “immoral” selon la Ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

    C’est pour cela que le directeur de la l’Union nationale des caisses d’assurance-maladie, Frédéric Van Roekeghm a trouver plusieurs solutions pour réduire les dépenses :

    - renforcer le rôle du médecin traitant
    - revoir les remboursements des anticholestérols, ceux contre l’hypertension et les anti-ulcéreux
    - créer un contrat de bonne pratique individuelle pour les médecins
    - hausse des tarifs des généralistes
    - hausse de la productivité des hôpitaux

    Et d’autres encore.
    Celles qui vont faire le plus de bruits sont le changements de régime pour les affections de longue durée (ALD) et la baisse de remboursement de certains médicaments…

    Les ALD représentent 64% des dépenses de la Sécu pour 7,7 millions de personnes. Déjà qu’elles sont pas en forme, elles doivent en plus payer plus cher leurs soins, surtout sans mutuelles, car certains remboursements seront prises en charge par celle-ci.
    Les médicaments jugés peu efficaces seront remboursés au prix du générique. Et les génériques eux-même peuvent faire l’objet de déremboursement…

    Pour la sacro-sainte idéologie libérale qui consiste à réduire sa dette au maximum tout en laissant la concurrence s’introduire dans le service public, nous pouvons dire merci à notre gouvernement et ceux qui détiennent les rênes du pouvoir.

    Merci au nom de nos malades,
    Merci au nom de la solidarité,
    Merci au nom du service public.



    votre commentaire
  • Depuis le "Non" français et néerlandais en mai-juin 2005, les dirigeants ont peur.
    Peur de l'avis du Peuple, le même qui les ont porté au pouvoir, qu'ils manipulent pour mieux assouvir leur soif de pouvoir ou tout simplement pour essayer d'arranger les choses.

    Les Irlandais se dirigent aux urnes, ce sont les seuls à le faire sur les 27 pays de l'Union. Le "Oui" et le "Non" sont au coude à coude et toute l'Europe frémit ce jeudi.

    Et tout l'apparatchik européen d'essayer de convaincre les Irlandais de voter OUI, avec des arguments plus ou moins fumeux.
    Entre Kouchner qui fait chanter les Irlandais à propos des millions d'euros d'aide qu'ils ont reçus (surtout les Irlandais) et les discours alarmistes pour pas dire apocalyptiques des journaux ou des responsables politiques irlandais qui, comme en France en 2005, annoncent qu'il n'y a pas de plan B et que l'Europe sera dans l'impasse si les Irlandais votent Non...

    Alors pourquoi demander l'avis des gens sur les institutions qu'ils souhaitent, alors que les personnes élues ont la légitimité pour le faire ? Certes en Irlande, un référendum était obligatoire. Mais pourquoi sortir les pires arguments, les moins raisonnables...

    Peut-être parce que le système actuel veut que la totalité des pays adopte le Traité (soit disant) simplifié de Lisbonne. Ce qui provoque l'hystérie collective de tous les dirigeants qui s'arrachent les cheveux depuis des années pour trouver la bonne formule et que notre Nain national l'a plus ou moins utilisée...

    Donc au lieu de faire bloquer une (peut-être) avancée dans les rouages de l'Europe, il vaudrait mieux faire peser le pour et le contre de ce texte incompréhensible. Personnellement je ne l'ai pas étudié, mais on sent que l'Europe est en panne, que la démocratie n'est pas présente et que la bureaucratie continue à peser sur cette "chose" qu'est l'Union.

    Une petite avancée pour la démocratie aurait pu être obtenue par un référendum au niveau européen, organisé le même jour ou au moins la même semaine.
    Seulement nous avons aujourd'hui un pays de 3 millions d'habitants sur 400 millions d'Européens qui tient entre ses mains la fuite en avant, l'alternative, l'apocalypse ou le progrès...















    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique